Réunion du 16 octobre 2018 : la concertation continue

Nous nous sommes rendus à la réunion publique (encore une fois) sur la commune de Limeil-Brévannes ! Décidément… ! L’objectif de cette réunion était de présenter les avancées du projet. À notre plus grand regret : AUCUNE AVANCÉE sur le sujet d’un tracé respectueux de TOUS ! Au contraire, nous avons eu la confirmation qu’aucun autre tracé ne serait étudié.

Depuis plus de deux années nous avons été force de propositions. Nous avons attiré l’attention de TOUS les acteurs pour dénoncer un projet qui ne prend pas en compte l’ensemble des parties. Mais qui au contraire sacrifie les riverains de Créteil en faveur de ceux des autres villes traversées. Que fait-on de l’égalité devant la puissance publique ? Elle est balayée !

Nous n’avons pas adopté une position égoïste puisque nous ne nous sommes pas opposé frontalement à ce projet. Mais aujourd’hui nous ne pouvons soutenir un tel projet qui conduit notre quartier à être un dommage collatéral du Téléval.

Les choses auraient pu bien finir ! Mais l’entêtement conduit à la situation actuelle : UN PROJET INACCEPTABLE.

Il ne faut pas minimiser l’impact de ce moyen de transport envahissant ! De part son rythme effréné : des cabines toutes les 22 secondes, 20h/24 et 7jr/7. Mais également de part son imposante présence : 36 pylônes de 25m à 40m de hauteur tous les 150m en moyenne ! Rien que 5 le long de notre quartier.

Le tracé actuel ne reflète à aucun moment les échanges que nous avons pu avoir avec Île-de-France Mobilités et le Département du Val-de-Marne.

Nous avons toujours milité pour un tracé le plus bas possible en plus d’être le plus loin. Le tracé au dessus de la voie de métro a été abandonné non pas par choix mais pour ne pas perdre de temps à chercher une autre solution ! En effet, il entraînait une interruption d’environ 30 mois de l’exploitation de la ligne 8 entre les stations Pointe du Lac et Créteil Préfecture. Quelle solution restait-il ? Le tracé de la RD1 ! À ce jour, seules des normes incendies contraignent ce mode de transport. À savoir, que la distance ne peut pas être inférieure à 8m d’un bâtiment. Cela tombe à pic, la distance envisagée est de 8m horizontalement et vu que les cabines passent à une hauteur supérieure à l’immeuble la distance est donc augmentée à environ 14m. L’argument justifiant ce passage en hauteur est l’atténuation de la co-visibilité ; or le passage du pont impose un passage des cabines à plusieurs mètres au-dessus des bus.

Comment mettre en place une barrière végétale à cette hauteur ? Comment limiter les nuisances sonores à cette proximité ?  Aucun aménagement n’est envisageable !

Enfin, il est évoqué que le chemin des bassins qui permet l’accès à notre quartier et de rejoindre l’autoroute va passer à sens unique ! Le fait que nous devions obligatoirement emprunter la route de la Pompadour pour rentrer chez nous est très problématique car cette voie est déjà saturée. Un moyen de transport qui devrait permettre à certain d’éviter des bouchons conduit d’autres personnes à les subir en plus de nuisances supplémentaires dues au vis à vis avec les cabines !

#mobilisés #différencedetraitement #inacceptable #nonautracé